«

juil 13

Impact : Kronberg en terrain familier

Le gardien réserviste de l'Impact Eric Kronberg obtiendra-t-il le départ, ce samedi à Kansas City, contre son ancienne équipe? On peut supposer que oui, à la lumière de différents indices ici et là.

C'est ainsi que l'entraîneur de l'Impact Frank Klopas a récemment fait savoir que Kronberg sera d'office en vue de la finale du Championnat canadien Amway, qui sera disputée au mois d'août contre les Whitecaps de Vancouver. L'entraîneur de l'Impact a du même coup indiqué qu'il avait l'intention de donner du temps de jeu d'ici là au vétéran de 32 ans.

L'occasion serait propice pour ce faire, samedi, puisque Kronberg se retrouverait en terrain familier sur la surface du Sporting Park, lui qui a évolué à Kansas City au cours des 10 dernières saisons avant d'aboutir avec le onze montréalais cet hiver via le repêchage intra-ligue. Kronberg a même pris part à 20 matchs, l'an dernier, après avoir été réserviste à l'occasion des années précédentes. Il a alors présenté une fiche de 7-8-5 avec une moyenne de buts accordés par match de 1,15.

Le Sporting semble être une des concessions les plus stables de la MLS, notamment en jouant plus souvent qu'autrement devant de bonnes foules. Cette année, KC se retrouve parmi les 11 équipes du circuit Garber qui attirent plus de 20 000 spectateurs par match en moyenne (20 025).

«L'ouverture du nouveau stade a changé beaucoup de choses», a indiqué Kronberg à La 90e minute lors d'un entretien en début d'année, dont vous trouverez les faits saillants en cliquant sur le lien à la fin de ce texte.

«Avant, nous jouions dans un stade de baseball des ligues mineures et on avait de la difficulté à vendre les 10  000 places qu'il y avait. On avait entre 5000 et 6000 personnes aux matchs. Et avant ça, on jouait à Arrowhead Stadium, où les Chiefs de Kansas City jouaient dans la NFL; et là aussi, c'était difficile d'avoir une bonne foule. Même quand la foule était bonne, quelque chose comme 15 000 à 20 000, les spectateurs étaient tellement dispersés que c'était silencieux quand même.Tu entendais les joueurs parler sur le terrain», a par ailleurs noté Kronberg, qui a disputé jusqu'ici cette année les deux matchs de la demi-finale du Championnat canadien, contre Toronto FC, en plus d'obtenir le départ dans la nulle de 2-2 contre Orlando City, le 28 mars.

«Quand le nouveau stade à KC est arrivé, ç'a vraiment changé le look. Ils ont modifié le logo, et puis Peter Vermes a pris la relève comme coach, et il a donné une direction claire au club, a dit Kronberg de celui qui est encore le manager du Sporting. Ils ont mis un bon produit sur le terrain mais aussi, leur marketing a été fantastique. Ils ciblent le marché des jeunes d'âge universitaire et ils créent un vrai bon environnement pour eux. C'est un stade très techno, où on peut faire beaucoup de choses sur Internet, le sans fil est formidable. Alors il y a beaucoup de choses à faire sur place, le stade offre vraiment une atmosphère plaisante.

«Et le produit sur le terrain est de bonne qualité», a par ailleurs dit Kronberg du Sporting, qui occupe présentement le sixième rang dans l'Association de l'Ouest avec une fiche de 8-3-6. «L'équipe est plaisante à regarder, les gens sont vraiment derrière les joueurs.

«À KC, le sport en général est populaire parce qu'il n'y a pas tant de choses que ça à faire. Il n'y a pas de montagnes, pas de lacs, il y a la ville et c'est à peu près tout. Tu peux faire des barbecues, il y a du jazz, des choses comme ça, mais à part ça… Les gens à KC aiment beaucoup leurs équipes sportives. Avec le Sporting, les gens se sont mis derrière une équipe qui a commencé à avoir du succès et maintenant, ils ont un groupe important de supporters.»

Le match de samedi commencera à 20h30. L'Impact sera ensuite de retour au stade Saputo en vue d'une rencontre qui aura lieu samedi le 25 juillet, face à un autre club de l'Ouest, les Sounders de Seattle.

Vous trouverez notre entretien de début d'année avec Kronberg ici :