«

»

juil 15

L’accent sur le féminin

La Coupe du monde féminine est terminée, mais ses effets se feront sentir pendant des années. C'est ainsi par exemple que la tenue du Mondial de 2015, à Montréal et dans le reste du Canada, a incité la Fédération de soccer du Québec à créer un poste dédié au développement du soccer féminin.

C'est Jessica Silva, qui travaillait déjà à titre d'adjointe au technique à la FSQ, qui a reçu le mandat de veiller à la formation et au développement du soccer féminin à l'échelle de la province.

«Ce n'est pas son job exclusif, mais une emphase particulière sera mise sur tout ce qui touche le développement du soccer féminin, en sachant que tout est au soccer, mais qu'il y a des éclairages différents à donner sur le développement des entraîneurs, des joueurs (au foot féminin)», a indiqué Éric Leroy, le directeur technique de la FSQ, à La 90e minute.

Donc, en plus d'inviter les 18 associations régionales de soccer du Québec à mettre sur pied des projets spécifiques pour le soccer féminin cette année, la Fédé a mis en pratique ses propres conseils.

«Dans tous les objectifs de la Fédération, il restait une lacune importante à développer, c'était d'avoir une personne en charge spécifiquement pour la réalité féminine, a noté Leroy. Le soccer féminin, c'est 40 pour cent (du membership), même un peu plus, donc c'est extrêmement important.»

À l'instar d'un bon nombre de dirigeants de la FSQ, Leroy estime que le soccer féminin «est l'avenir du foot».

«Il y a tellement d'opportunités et de talents que dans une société comme la nôtre, ce serait complètement en décrochage que de ne pas avoir une responsabilité définie au niveau de l'encadrement spécifique du soccer féminin», a souligné le directeur technique.

UN TREMPLIN POUR 2016

Silva, qui s'est lancée dans le coaching à un jeune âge après avoir vu sa carrière de joueuse être interrompue par une blessure, entend mener son mandat de façon méthodique, en y allant d'abord d'une phase exploratoire. Elle commencera par être à l'écoute de ceux et celles qui oeuvrent sur le terrain au profit du soccer féminin, un peu partout dans la province.

«Il y a beaucoup de personnes qui sont impliquées dans le soccer, des hommes et des femmes qui ont travaillé pour développer le secteur féminin, alors il faut rassembler ces gens qui veulent faire progresser les choses, a indiqué Silva, qui a une dizaine d'expérience en coaching. On a tous de bonnes idées, et le but c'est vraiment de rassembler le plus de personnes possible, le plus d'idées possible, pour essayer de les développer et de les amener à se concrétiser.»

On profitera aussi de l'élan procuré par la Coupe du monde féminine pour continuer à donner le plus de  visibilité possible au soccer féminin un peu partout dans la province.

«On va utiliser cette année comme un tremplin pour essayer le plus possible de promouvoir le foot féminin, et promouvoir la présence d'entraîneurs femmes dans les équipes féminines, a affirmé Silva. Ça va donc être une année de promotion, et de planification pour l'année prochaine.»

Ensuite, Silva compte lancer des projets plus concrets dès 2016.

«On aimerait notamment que les régions, qui ont organisé des activités féminines pour promouvoir le secteur féminin (cette année), continuent à le faire par la suite, a-t-elle affirmé. Je trouve que c'est important qu'on sente, dans les différentes régions, qu'il y a énormément de filles qui jouent au foot.»

Le développement d'un plus grand nombre de femmes au poste d'entraîneur se retrouvera également parmi les priorités, a déclaré Silva.

«Aujourd'hui, on a environ 35 femmes qui ont un DEP et plus et qui sont impliquées, a-t-elle fait remarquer. Il y a environ 70 femmes en tout qui ont leur DEP (ou plus), qu'elles ont obtenu au cours des 10 à 15 dernières années. Mais la réalité, c'est qu'il y en a juste 35 qui restent actives. Donc, il faut trouver comment on peut garder le plus possible d'entraîneurs femmes impliquées dans le sport, et comment on peut en développer d'autres. Je crois qu'on a une possibilité avec la génération actuelle, qui vieillit et qui exprime le désir de rester dans le soccer (dans un rôle autre que celui de joueuse).

«C'est sûr qu'il va falloir établir des priorités, parce qu'il y a des limites à ce qu'on peut faire au cours d'une période donnée. Mais on veut vraiment développer des projets qui permettront de faire progresser les choses. Il y a vraiment le goût de faire quelque chose de bien.»