«

»

juil 03

Le Fury apprend à la dure en PLSQ

Phillip Dos Santos avait bien dit, avant d'amorcer la saison, qu'il faudrait un certain temps avant que ses joueurs, ceux de l'équipe U-19 de l'académie du Fury d'Ottawa, s'adaptent à cette première saison dans la PLSQ. Ç'a été le cas, mais en même temps les progrès sont notables.

C'est ainsi que les jeunes joueurs de Dos Santos ont signé leur deuxième victoire de la saison, le week-end dernier, au compte de 2-1 contre le CSL à Longueuil. Cela a fait suite à une défaite serrée de 2-1 à Blainville, le week-end précédent, et à un revers par le même score contre Lakeshore en Coupe PLSQ.

On a donc refoulé un peu plus loin dans les mémoires la défaite de 3-0 contre le FC L'Assomption-Lanaudière, subie le 6 juin, ainsi que le revers de 4-1 contre les Griffons de Mont-Royal Outremont en début de cette saison 2015 de la Première ligue de soccer du Québec.

«On sent qu'on est en train d'atteindre nos objectifs. Les joueurs, de match en match, semblent mieux répondre, a indiqué Dos Santos lors d'un entretien téléphonique avec La 90e minute. Il ne faut pas oublier que nos joueurs se retrouvent contre des adultes, alors ils se retrouvent dans des situations où la prise de décision et l'exécution doivent se faire beaucoup plus rapidement que ce à quoi ils sont habitués.

«Quand ils évoluent à un niveau où ils se sentent plus à l'aise, ces jeunes-là réussissent à s'en sortir même s'ils commettent des erreurs. Ce n'est pas le cas maintenant.

«Mais je pense qu'on est passé à une deuxième étape présentement, alors que les joueurs ont compris à quoi ils font face, tant individuellement que collectivement, et ils s'améliorent de jour en jour.»

Dos Santos donne l'exemple de son gardien qui, contre Blainville, a commis une erreur en tirant un coup de pied de but trop rapidement, sans attendre que ses coéquipiers remontent le terrain et se placent. Le score était alors de 1-1 avec 10 minutes à faire, et Blainville a provoqué un revirement qui a mené au filet vainqueur.

«Ensuite, contre Longueuil, quand le score était de 1-1 et qu'il y a eu des situations similaires, il n'a pas refait la même erreur, il a géré ça de bien meilleure façon, a souligné Dos Santos. C'est comme ça que les joueurs gagnent en expérience, à l'aide des erreurs qu'ils ont commises. Je pense que tout joueur qui a accompli quelque chose pendant sa carrière a appris en faisant des erreurs et nous, on ne fait pas exception.»

La vie dans la PLSQ est également dure sur les joueurs de Dos Santos au plan physique, encore une fois en raison du fait qu'ils affrontent des hommes d'âge plus mûr. Même si les équipes du circuit comptent plusieurs jeunes, elles misent aussi sur des vétérans, si bien que les duels à un contre sont souvent éprouvants.

«Mes joueurs finissent les matchs complètement vidés, parce qu'ils doivent travailler ou mettre un effort qui est vraiment supérieur à ce qu'ils font d'habitude pour gagner leurs duels», a indiqué Dos Santos qui a aussi constaté que cet aspect physique a entraîné plusieurs blessures chez ses joueurs, le forçant à y aller avec une rotation importante de son effectif.

UNE GÉNÉRATION QUI A SES DÉFAUTS

Les résultats modestes du Fury en PLSQ peuvent sembler surprenants et ce, malgré la différence d'âge, parce que les joueurs de l'académie sont en théorie promis à évoluer dans un niveau supérieur à la Première ligue, soit la NASL.

Mais il faut se rappeler que pas tous les joueurs d'une académie seront nécessairement promus au niveau supérieur, même lorsqu'une bonne génération de joueurs sera en place. Et Dos Santos rappelle que l'académie du Fury n'en est qu'à ses débuts, si bien que le niveau de son équipe U-19 n'est pas encore optimal. Ce sera le cas dans quelques années seulement, une fois que l'académie aura eu le temps de bien mettre en place sa philosophie de jeu et commencé à faire du développement plus poussé dans les catégories d'âge inférieures.

«En ce moment, on a un bassin de joueurs qui est tout nouveau, a souligné Dos Santos. Notre structure, à l'académie, c'est encore comme un petit bébé. Alors, les joueurs qu'on a en ce moment chez les U-19, ce sont des jeunes joueurs qui ont grandi avec toutes les lacunes que le système actuel présente (au point de vue du développement technico-tactique). Ce ne sont pas des jeunes qui ont grandi dans notre structure, on ne peut pas encore dire que c'est le fruit de notre travail.

«Ce qu'on pouvait faire cette année, par contre, c'est d'implanter une mentalité où les jeunes veulent gagner, veulent rivaliser peu importe qui est devant nous; implanter une éthique de travail très grande, une volonté d'avoir du succès et une organisation collective qui est très forte. Et je pense qu'à ce niveau, on a réussi à atteindre nos objectifs et on continue de s'améliorer jour après jour.

«Maintenant, si on regarde nos U-17 qui jouent en ligue réserve (de la PLSQ), ça c'est un bassin de joueurs qui a beaucoup plus de qualités.»

L'aventure de l'académie du Fury et sa participation à la PLSQ est donc un processus de longue haleine.  Entre-temps, la différence entre la victoire et la défaite se résume souvent au hasard, entre autres facteurs, a reconnu Dos Santos.

«On doit être presque parfait pour gagner des matchs. Ou, du moins, on doit presque espérer qu'on ait le facteur chance de notre côté, a dit l'entraîneur. Contre Longueuil, les jeunes ont bien travaillé, mais il y a eu une combinaison de facteurs qui se sont mis en place et qui ont permis qu'on gagne le match.

«Je crois qu'on va gagner d'autres matchs. Mais ce sont quand même des jeunes joueurs, et on est conscient que leur progression ne va pas se faire en seulement trois ou quatre mois.»

L'expérience du Fury dans la PLSQ reste quand même intéressante à suivre.

La formation de Dos Santos recevra le CSMRO samedi à 15h au Collège Algonquin, qui a une toute nouvelle surface synthétique cette année, ayant servi de terrain d'entraînement pour les sélections nationales qui ont disputé des matchs de la Coupe du monde féminine à Ottawa.

Dans les deux autres matchs du week-end, le FC Gatineau rendra visite au CS Longueuil au Parc Laurier samedi à 18h30, tandis que le FC L'Assomption-Lanaudière recevra l'AS Blainville au stade André-Courcelles.